Accueil LES ANIMATIONS Grand Public Sur les traces du castor
 
Castor Fiber

Le Castor

La sympathique figure du val de Loire
dimanche 19 décembre 2004.


Animal très difficile à voir, sa réintroduction sur le cours moyen de la Loire est un franc succès.

Contrairement au castor canadien, les barrages ne sont pas son fort, mais découvrons ce mammifère ensemble...

Description :


La silhouette du castor est lourde, trapue. La longueur du crâne est supérieure à 12 cm (elle peut atteindre 16,8 cm). Ses yeux et ses oreilles sont petits ; Le dessus est gris noir ou brun très foncé, le dessous un peu plus clair. Le pelage ventral presque deux fois plus dense que sur le dos (caractéristique des mammifères amphibies). La femelle a 2 paires de mamelles pectorales. La sécrétion (castoreum) des glandes anales et préputiale s’écoule dans le pseudo-cloaque et sert à graisser le pelage. Le 2e orteil porte une griffe spéciale utilisée pour lisser les poils et les enduire de castoreum. Les orteils sont palmés. La queue est aplatie, large (12-16,5 cm) et en palette. Elle est écailleuse, sauf à la racine où elle est velue.

Dimensions : Longueur de la tête et du corps : 74-90 cm ; longueur de la queue : 28-38 cm Hauteur à l’épaule : 16-18 cm. Poids : 12-38 kilos.

Espèces semblables :


Ragondin, Rat musqué.

Répartition :


Le castor était jadis largement répandu dans le nord de l’Eurasie. Aujourd’hui, ses populations sont réduites à des vestiges : on en trouve sur le cours inférieur du Rhône ; sur le cours moyens de l’Elbe, à l’embouchure de la Saale (Allemagne) ; au sud de la Norvège ; ici et là en URSS et à la frontière sino-mongole. De nombreuses populations ont été anéanties par les chasseurs de fourrure. Il a été réintroduit sur le Danube (Neustadt), I’Inn inférieur, en Franconie, dans le nord de la RDA, dans une grande partie de la Scandinavie. En France : les castor a subsisté dans le Gard, le Vaucluse, les Bouches-du-Rhône, le long du Rhône et de certains affluents. Il a aujourd’hui gagné vers le nord jusqu’à Lyon (Rhône, Isère, Ardèche). Il a d’autre part été réintroduit en Marne, sur la Doller (Alsace), au sud du Bas-Rhin, au Finistère (sur l’Aulne), en Maine-et-Loire, en Indre-et-Loire, en Loir-et-Cher, sur la Yonne, en Lozère. Il a été réintroduit en Suisse (1956).

Habitat :


Il lui faut des eaux courantes ou stagnantes ayant au moins 1,50 m de profondeur et entourées de saules, de trembles, de peupliers, de frênes, de bouleaux, d’aulnes et de fourrés. Ces eaux douces ne doivent pas geler jusqu’au fond ni se dessécher entièrement.

Biologie :


Le castor est surtout crépusculaire et nocturne. Il vit par couples ou en famille. Il nage et plonge bien, tenant les membres antérieurs serrés contre le corps, les membres postérieurs et la queue servant de propulseurs. Il peut rester 15 (20) minutes en plongée (maximum). Il marque son territoire avec le castoreum. Le long des cours d’eau ce domaine atteint 3 km de long. Selon les lieux, il creuse des terriers dans les berges (avec un orifice immergé et une cheminée d’aération), construit des digues avec des troncs, branches, de la boue et des végétaux pourris, ou encore des huttes (environ 50 cm-1 m de diamètre interne et environ 50 cm de hauteur interne). En France, il vit dans des terriers simples ou des terriers dont l’entrée est dissimulée par des branchages apportés, plus rarement des huttes. Les huttes sont faites avec les mêmes matériaux que les digues. Elles peuvent être utilisées par plusieurs générations de castors qui les améliorent. Les digues, qui atteignent plusieurs dizaines de mètres de long, 1 m de haut et 80 cm de large, servent surtout à régulariser le niveau de l’eau. Le castor coupe avec ses dents des arbres atteignant 20 cm de diamètre, rarement plus (maximum : 60 cm). Il est peu actif en hiver.

Nourriture :


Il est purement végétarien. Il mange des écorces, des rameaux, des feuilles d’arbres (frêne, tremble, saules, peupliers, aulnes, résineux) et de nombreuses plantes aquatiques. Les provisions d’hiver, entassées sous l’eau, servent surtout à l’alimentation des jeunes car les adultes subsistent principalement aux dépens de leurs réserves de graisse.

Reproduction :


L’accouplement a lieu dans l’eau entre janvier et mars. La gestation dure environ 15 semaines. La mise-bas se passe d’avril à juin. La seule portée annuelle comprend de 1 à 5 petits. A la naissance, les petits sont velus et ont les yeux ouverts ; ils se mettent à nager peu après. L’allaitement dure environ 2 mois. Les jeunes s’émancipent au cours de leur troisième année. La maturité sexuelle arrive à 3 ou 4 ans.

Longévité :


En liberté, le castor atteint 20 ans, en captivité 35 ans.

Voix :


Le castor est peu bruyant. Il produit des grognements, des sifflements, des cris, des gémissements (petits), des soufflements. Il frotte ses dents s’il est excité. L’appel de la femelle est un long "O-o-o". Le signal d’alarme est un bruyant coup de queue sur la surface de l’eau (produit au moment où le Castor plonge).

Prédateurs :


Ses prédateurs sont de gros carnivores comme le glouton, le loup et l’ours brun.

Le castor s’est raréfié à la suite de la chasse, de la canalisation des rivières (destruction de l’habitat), de la pollution de l’eau et des dérangements.



Forum de l'article



<BOUCLE_pagination>
Erreur MySQL
SELECT forums.* FROM spip_forum AS forums WHERE (forums.id_article='2') AND forums.id_parent=0 AND forums.statut='publie'
Table 'maisonloire.spip_forum' doesn't exist
</BOUCLE_pagination>